Car chacune de vos histoires sera le pétale d'un conte. [COMPAGNIE LIBRE FRANÇAISE RP ♥ FFXIV ♥ RAGNAROK]
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La famille Dokuganryu (en cours)

Aller en bas 
AuteurMessage
Hasuka Dokuganryu
Admin
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: La famille Dokuganryu (en cours)   Sam 2 Juin - 19:42

Famille noble guerrière de Doma. La famille Dokuganryu aura toujours été reconnu pour son implacabilité,des guerriers sans foi ni loi. Seule la parole de l'empereur pouvait les commander et leurs disent ce qu'ils avaient à faire. Avec eux, la diplomatie n'était que la dernière option. Voici la plupart des archives partiellement romancés concernant la famille, qu'est celle du Dragon Borgne.

Le fondateur et le gêne de la pureté :

La famille avait une certaine mauvaise réputation à l'époque, en effet, le fondateur de cette famille Dokuganryu no Masamune n'était qu'un vil chasseur de prime, un combattant samourai qui ne faisait que chercher des défis, toujours de plus en plus téméraires et inhumains.

Le Samourai avait une apparence assez atypique, une carrure très carrée et une musculature marquée, des cicatrices prônant sur son corps dans son ensemble. Le corps n'était pour lui qu'un outil de combat, afin de permettre à son esprit d'obtenir la satisfaction d'une vie de guerrier aboutit. Ses écailles étaient d'ailleurs, en revanche extrêmement blanches, bien plus que la normale.

Ce dernier restait souvent dans l'ombre des paroles d'un empereur et faisait le sale travaille au nom de l'empereur et des autres nobles. Jusqu'au jour où le samourai eut assez de tout cela, hurlant haut et fort qu'il méritait bien plus les titres de noblesses que tous les fainéants au pouvoir. Ces paroles, hurlées dans l'enclave, ne valurent pas que des sourires, mais bel et bien des élans de haine. Un roturier comme lui, pouvant se permettre de s'affranchir des règles de la société juste avec son talent au sabre? Proclamant que seul le fil de l'épée pouvait avoir raison, le Samourai défia d'autres nobles dans un combat à mort. Seul contre vingt, le combat acharné et brutal, Masamune ne semblait éprouvé aucune pitiée, allant même jusqu'à s'infliger certaines blessures stratégiques sur l'attaque de ses assaillants pour pouvoir, lui même porter un coup fatale à sa cible. Le sol de l'enclave se peigna de sang au fur et a mesure que les échanges des lames ne faisaient que hurler de rage avec l'écho des bâtiments environnants. A la fin de cette affrontement acharnés, même les nobles les plus véreux, reculèrent d'un pas. La légende de Dokuganryu no Masamune débuta ici. Hurlant sur la place publique tel un démon, une aura blanche enveloppant son corps, le cri similaire à celui d'un dragon. Il posa aussitôt un genoux à terre, en se tournant vers l'empereur Domien, témoin de ce carnage, Masamune avait perdu son bras et des vieux lambeaux de chaires pendaient de son œil, mais il ne semblait même pas réagir à la douleur, comme s'il était habitée par une volonté inébranlable. Celle de la gloire du combat, prêtant allégeance à l'empereur en lui offrant cette victoire comme offrande. Ce dernier, d'un geste de la main concéda à sa demande. Et le clan Dokuganryu fut reconnu comme étant digne de la haute noblesse, par le mérite militaire.

La famille aura toujours suivit les enseignements de Masamune, ce dernier qui ne voulait qu'affronter les plus forts pour espérer mourir le sourire aux lèvres, inspira ses descendant et eux même suivirent ses dogmes avec respect, voyant que le sang de la guerre coulait dans les veines de chacun de ses enfants, Masamune eut une épouse forcée qui lui apporta une richesse certaine, à une autre famille de marchand fructueux, mais qui étaient souvent en proie aux bandits. En échange d'une protection, la famille marchande offrir leur unique fille, qui aida à la progéniture du Samourai. Un amour non solennelle, mais fidèle qui n'était là qu'un moyen pour le Samourai d'assurer la progéniture de sa descendance. La famille devenu polygame et un point se démarqua du lot, chaque enfants de la famille naissaient avec des écailles extrêmement blanches autant que leurs cheveux et leurs yeux. Voyant ce gêne qui rendaient chaque enfant aussi blanc que le reflet de la lune, le Samourai en devint très fier et se revendiquait comme était un véritable dieu. Cependant, l'empereur, voyant cela comme un acte beaucoup trop arrogant, trouva que le guerrier alla décidément trop loin dans ses propos, personne ne pouvaient contredire les traits divins d'un empereur Domien. Et Masamune fut mis en duel par l'empereur Domien. Le combat acharné, autant que la fille du samouraï lui valut.. la défaite.

Finissant tranché sur le torse, l'empereur Domien se tenait face à lui, victorieux sur cette homme bien trop belliqueux, mais lui laissant l'occasion d'exprimer ses derniers mots, ce à quoi Dokuganryu no Masamune, les dents tâchées de sangs, répondit :

"Voilà enfin un défi à ma mesure. Mourir dans la gloire, mourir pour l'honneur. Mon empereur, je vous annonce que vous êtes bien au dessus de moi et que mes traits divins ne sont que pâleur face à votre grandeur. Je vous offre la lame de mon clan. Car là sera leurs défis, rendre Doma glorieux, rendre Doma victorieux, et Doma leurs rendra un défi à leurs véritables valeurs! Que moi ! Le maître Dokuganryu, le dragon borgne, ordonne à chaque enfants naissant dans ma lumière de défendre l'empereur et son peuple jusqu'à son dernier souffle..."

Ce à quoi le Samourai se redressant sur ses genoux, sortant sa lame d'honneur de son dos, et se faisant un seppuku pour symbole d'offre de sa vie envers la famille impériale. Désormais, chaque membre de la famille Dokuganryu, voue sa lame à Doma et à la gloire du combat, dans l'espoir de mourrir en surpassant leurs capacités.


Les descendants connus :

Muune : Premier fils de Masamune, avec sa première épouse, Muune était un homme tout aussi valeureux, et en quête d'ambition. Ne voulant pas finir comme son père, Muune fut le fondateur de beaucoup de préceptes et de traditions au sein de la famille tout en suivant les dogmes de leur illustre fondateur, chaque maître de la famille Dokuganryu était d'un caractère similaire. Aussi hargneux que la pureté de leurs écailles et Muune ne fit pas acception à cette règle qui se répétera à sa descendance. Muune quitta l'enclave durant de nombreux voyages afin de prouver la valeur du combat aux autres, pour prouver que mourir aux combats n'étaient pas qu'une quête de barbarisme, mais bel et bien une valeur fondamentale de la culture Domienne. Lors de son voyage, il fit la rencontre d'un grand cerisier, persuadé que ce dernier était capable de communiquer, le Samourai Muune posa un genoux près du cerisier, comme s'il entendait la voix d'un Kami qui le subjuguait. Mais rien n'était d'une quelconque manipulation par un  être malin, mais bel et bien une douce voix mélodieuse qui demanda de défendre ses racines. Sur base de ce cerisier, Muune se revendiqua les terres, dans la montagne en nomma le village près du cerisier, le village de Kamiki. Où des prêtres finirent par le rejoindre, le Samourai tomba amoureux de l'une d'entres elle.

Tokoyomi : A la mort de Muune, sa fille Dokuganryu no Tokoyomi, prit la direction de la famille, d'un caractère aussi brutal que son grand-père, mais bien plus diplomate, les tensions purent se calmer et les relations avec les quelques autres clans qui acceptèrent de donner sa confiance au clan pouvaient vivre sans le regretter. Cette dernière mit beaucoup plus en valeur les coutumes domiennes, dirigeant une utilisation plus ferme des talents des villageois ainsi que des membres de la famille. La femme eut en tout cinq maris qui lui donnèrent chacun, un enfant, la femme décéda lors d'une fausse couche.

Enten : Troisième fils de Umetaro, fils de Tokoyomi, Enten défia à mort son frère et sa sœur aînés dans un combat à mort pour devenir maître du clan. Combat qu'il remporta haut la main à l'age de seize ans. Les archives sur ce Samourai sont beaucoup plus fructueux, ayant choisit de rester vivre dans la capitale de Doma, dans l'enclave. Plutôt qu'au sein du village, le clan aura élu un maire pour diriger le village en son absence. Et Enten resta beaucoup plus souvent au sein des pleines d'Othard. Ce dernier fit souvent attisés la hargne des autres clans, malgré les actions précédemment pacifiques de sa grand mère. A de nombreuses reprises, l'empereur risqua de se défaire de la famille Dokuganryu, mais forcé de devoir garder cette famille, beaucoup trop précieuses pour ses faits de guerre. L'empereur dut reconnaitre que malgré leurs brutalités au combat, la famille Dokuganryu ne démentirent jamais la promesse de Masamune : Servir la famille impériale et le peuple.

Enten prit part à de nombreux affrontements dans les steppes d'Azim lors des échanges belliqueux avec les xaelas, s'autoproclamant "Pourfendeur de la nuit" le daimyo était un tueur sanguinaire, prennant un malin plaisirs dans ses affrontements à tuer le plus de xaelas possibles. Les voyant comme une sous race à exterminer. Et voulant imposés la blancheur de ses écailles comme étant la dernière chose à voir à ses victimes. La famille Dokuganryu eut au final une réputation, de guerriers, tueurs de xaelas. Malgré les nombreux récits mythiques de la parts des ancêtres de Enten, son nom ressort à de nombreuses reprises. Autant pour des faits d'armes honorables, envers la capitale domienne, que de faits tristes qui ne devraient appartenir qu'au passé. L'homme eut huit épouses.

Hasuka : Première fille de Enten, avec sa première épouse, Ajisai. Dernière dirigeante de la famille. La jeune fille était fortement opposé aux dogmes de son père, encore jeune, elle suivait les parchemins d'histoires pour s'inspirer des quelques enseignements de ses ancêtres, essayant elle même de trouver une raison à la blancheur de ses écailles, et la provenance de leurs forces, de cette famille qui a pourtant un don si innée pour la guerre, mais qui n'apporte pourtant pas que des réconforts. Fille prodigue, comme ses ancêtres, Hasuka était un talentueux Samourais en devenir. Mais, suivaient beaucoup plus les valeurs de sa mère que de son père. La voyant comme était la lueur de la lune qui éclairait ses pas dans la noirceurs des doutes.

Actuellement vivante, Hasuka fut l'une des très rares survivantes de l'attaque sur Doma. Ayant survécu avec quelques uns de ses frères et sœurs. La jeune daimyo put revendiquer son village comme étant sien, mais sans se délester de son serment premier : défendre le peuple Domien ainsi que l'empereur. Ainsi Hasuka fut connu pour diverses affrontements sur le territoire Yanxien. Ecoutant les enseignements de sa mère, d'avoir un cœur bon et généreux, la jeune ao'ranne, porta secours à de nombreux orphelins, prenant l'habitude de prendre en charge plusieurs des enfants et nécessiteux qu'elle rencontra. Elle hérita dans un premier temps du surnom de "La sœur immaculée" en prenant un role de protectrice envers sa famille et ses protégés. Jusqu'à les porter au village de Kamiki afin de les laisser à l'abri des influences néfastes de Garlemald. Lorsqu'elle arriva vers ses vingts cinq ans. Elle fut plutôt appelée comme étant une mère adoptive. L'ao'ranne, possède actuellement une dizaine de frères et sœurs ainsi qu'une vingtaine d'enfants adoptés qui sont protégés et logés au village de Kamiki. La jeune femme a d'ailleurs eut trois enfants biologiques qui sont nommés "Khaguran", "Rikka" ainsi que "Narumi" dont leurs second parents n'est connu par personne. La plupart des archives sont entièrement effacés et non notés. Seul son nom ressort, et un rapport expliquant que le second parent des trois enfants, a été assassiné.

De nombreux faits de guerres comportent son nom dans des rapports Yanxiens et Hingashiens : Tuerie de Garlemaldais, éviscération de brigands, torture sur figure d'autorités Garlemaldaises, décimation de groupes Kojins rouges et enfin, participation à la libération de Doma sous les ordres du seigneur Hien. Participation au sol à la guerre d'Ala Mhigo. Suite à quoi, la daimyo fonda le clan Hanabira, afin de servir la famille impériale et la reconstruction de Doma.

Coutumes de la famille :
-Le successeur de la famille est toujours le premier enfants du maître. Il est possible à un des cadets de prendre la direction de la famille s'il combat à mort ses aînés et qu'il remporte le combat. La famille ne fait aucune distinction sur le sexe du maître de famille ni même sur ses choix relationnelles, concernant sa polygamie ou sa monogamie.
-Il est coutume que lorsqu'on veut discuter de façon sérieuse avec le daimyo et/ou chef de famille, l'on soit obligé d'apporter un saké en cadeau.
-La famille est principalement de direction militaire, et se complaît dans le combat, cependant, les tournois d’exhibitions sont parfaitement interdits, un Dokuganryu n'a pas le droit de participer un combat pour le plaisir, si la lame doit être dégainée, elle ne se rengainera qu'avec le soupire d'un mort. Si un Dokuganryu ou un membre du clan Hanabira veut prouver sa valeur, il doit le faire en défendant les autres et ses valeurs, dans des combats glorifiants et non pour se pavaner. Un membre du village ne voulant qu'affronter ses paires sans défendre quoique ce soit pour prouver sa combativité personnelle, se voit exilé du village.
-Lorsque la mère d'un enfant Dokuganryu met naissance à son premier enfants, le meilleur forgeron du clan forge donc un katana d'exception pour féliciter la mère de cet exploit. La grande partie de ses katanas sont désormais des lames de légendaires par leurs ouvrages vraiment impressionnants, même si une grande partie fut saisis par les Garlemaldais, ou perdus suite à la guerre.
-Non une coutume, mais un fait étrange, la famille Dokuganryu ont tous des traits physiques similaires : Les écailles sont très blanches, leurs cheveux et leurs yeux également.
-Les membres de la famille ont coutumes d'ignorer la douleur lors d'un combat, devant même souvent sacrifier des parties de leurs corps si ça peut leur permettre de gagner un combat. Ce pourquoi la plupart des chefs de clans sont très souvent balafrés de partout.
-Chaque membre de la famille ne doit prendre aucun coup dans le dos. Devant affronter l'adversité de face, un vrai Samouraï ne regarde son assaillant que en les regardant dans les yeux, leurs corps sont très souvent recouverts de cicatrices (suite à leurs coutumes ci dessus), mais leurs dos restent toujours parfaitement intact, jusqu'à leurs morts.
-Depuis leurs enfances, les membres de cette famille apprennent que le corps n'est rien de plus qu'un outil par lequel il évolue et se manifeste dans son environnement, ce dernier est une arme autant que celles que ces guerriers portent dans leurs mains. Ce pourquoi beaucoup d'entres eux n’hésitent pas à s'empaler une partie de leur corps ou à prendre volontairement un coup si cela leur permet de pouvoir achever leur adversaire d'un coup net et précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hanabira.forumactif.com
 
La famille Dokuganryu (en cours)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» famille des Malvacées
» Gossypium hirsutum, de la famille des Malvaceae.
» Gomphocarpus physocarpus (bijoux de famille )
» collant pour auto petite famille
» Mon aquarium en cours de création.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hanabira :: RôlePlay :: Kamiki-
Sauter vers: